Courant de probabilité

Axiome, propriété, géométrie, ..., que du bonheur ^^.
clement
Administrateur du site
Messages : 2020
Inscription : lun. 13 déc. 2004 23:00
Localisation : Grenoble, France
Contact :

Re: Courant de probabilité

Message par clement » mar. 27 mai 2008 10:51

Sa réponse :
en fait le système des épicycles est une développée de Fourier :
Comme je l'ai dit dans mon cours, en gros toute fonction périodique est
somme de sinusoïdale, donc en fait N'IMPORTE QUELLE TRAJECTOIRE de
planète, circulaire bien sûr, mais aussi elliptique, ou limaçon de
Pascal comme celle qu'on voit dans notre repère géocentrique, est somme
de sinus, donc d'épicycles, et Ptolémée prenait en gros les deux
premiers termes, négligeant le reste...

clement
Administrateur du site
Messages : 2020
Inscription : lun. 13 déc. 2004 23:00
Localisation : Grenoble, France
Contact :

Re: Courant de probabilité

Message par clement » ven. 30 mai 2008 19:03

Damien Gayet à propos de mon mémoire (description des fentes d'Young (interférence avec des photons) à l'aide des outils de la mécanique quantique) :
J'ai demandé à un collègue math-physique, il a l'air de dire
pareil que moi : un photon peut être vu comme une onde dont l'amplitude
est très localisée, mais ce qui est troublant c'est que du coup sa
fréquence ne l'est absolument pas (puisque qu'une onde monochromatique
est nécessairement très délocalisée). Vous avez demandé à un de vos
prof de physique, en insistant sur les fentes d'Young ? Je suis certain
qu'il n'y a pas besoin de théorie des champs pour cette histoire...
Ma réponse :
En effet le photon est très particulier car c'est une particule vectoriel (espace complexe de dimension 6) mais soit, disons que je ne m'occupe que de la partie à 3 dimensions (+ le temps), il y a l'équation de klein-gordon, relativiste, mais s'appliquant aux objets massiques.

J'ai finalement retenu 2 pistes :
La première, en considérant les effets de diffractions, je pense que ça règles tous les problèmes de divergence de la densité de probabilité sur l'écran.
En suite, une onde monochromatique n'existe pas (enfin, c'est ce que j'ai compris) on aurait la fonction g(k) de l'équation C-6 p23* égale à la fonction delta en k, or on a un problème car elle est infinie en k, on considère donc qu'il y a une incertitude sur l'énergie d'un photon = incertitude sur la fréquence (E = h f) induite par le temps que met un électron à passer entre deux niveau d'énergie d'un atome, (temps de cohérence de l'ordre de la nano seconde) ceci nous donne le train d'onde donc une extension spatiale localisé.

Avec ça, je pense arriver une description qui rend compte des interférences et qui répond aux problèmes de convergences, après, les approximations sont les suivante : on ne s'occupe pas du spin, du caractère vectoriel, ni du fait que la masse soit nulle, ni des problèmes relativistes.
*Mécanique Quantique, Cohen-Tannoudji, Bernard Diu, Franck Laloë

Répondre