Dimensions

Venez poster vos textes, reflexions longues et autres poèmes...
Répondre
Coïyl
Messages : 535
Inscription : ven. 11 mars 2005 23:00

Dimensions

Message par Coïyl » lun. 31 oct. 2005 19:59

Prenons une personne.
N'importe quelle personne peut convenir pour mettre en pratique cette théorie sur la dimension, néanmoins pour la beauté du geste, choisissons un être humain, c'est-à-dire un être doté d'une sensibilité qui le distingue de la bête humaine - et non de l'animal, l'Homme est un animal au même titre que la langouste des Caraïbes, et jusqu'à ce jour, personne n'a prouvé qu'une crevette jamaïcaine était dépourvue de toute sensibilité. Pour faciliter la sélection, nous éviterons par conséquent de jeter notre dévolu sur tout humain typé dictateur, et assassins en tous genres.
Cette personne, quelle qu'elle soit, possède une infinité de possibilités.
Non pas que l'Homme ni la Femme soient capable de tout faire - ou alors on ne m'a pas prévenue - mais simplement parce qu'il est impossible de dénombrer le nombre de choses à l'origine desquelles un être humain peut se trouver.
C'est tout d'abord une question de référentiel:
-Où fixer la limite? Un être humain peut tourner la tête de 0 à X degrés, et on ne considère pas les minutes d'angles ni les intervalles entre les intervalles. Je tourne aussi facilement la tête à 30° qu'à racine huitième de i sur cinquante mille trois cent quatre-vingt-quinze virgule trois pi radians, pour dans ce sont deux facultés que je possède probablement, parmi une infinité d'autres variantes du même genre. Déjà une infinité de possiblités rien que dans la perspective où je tourne la tête, et encore je ne tiens pas compte de la manière dont ma superbe crinière va virevolter dans les airs. Franchement, il y a de quoi penser que je suis une fille d'avenir.
-Si je digère, si mon voisin bande en regardant des photos pornos, est-ce moi qui digère ou est-ce une réaction enzymatique totalement indépendante de ma volonté? De la même manière, mon voisin bande-t'il parce qu'il a sorti sa saleté de magazine ou est-ce uniquement dû à ses pulses de testostérone, qui ne dépendent pas de lui?
Ceci m'amène à m'interroger de la manière suivante: doit-on prendre en compte les choses dont je suis à l'origine mais que je n'ai pas voulues? Doit-on par exemple ajouter ma faculté à renverser un pot de peinture sur la permanente de la concierge à la liste de mes innombrables possibilités? Mon petit doigt me dit que oui, pourtant, je doute.
-Comment définir qu'un être humain est la cause de quelque chose? Un exemple classique: si je lache un oeuf dans le vide, dans l'éventualité où il tomberait ce ne serait pas parce que je l'aurais laché mais parce que la Terre exerce sur lui une force d'attraction gravitationnelle - je passe la formule physique - qui fait que. Pourtant, si je n'avais pas laché cet oeuf, il ne serait pas tombé...Dilemme insoluble pour une personne sensée. Car pour un illuminé du style Raël Co. ou je ne sais trop quel catholique complètement disjoncté, ce pourraient bien être des puissances supérieures qui auraient dicté mon geste depuis la nuit des temps. D'où la question : suis-je à l'origine de ce que je fais? ... On s'enfonce, on s'enfonce.

Autant de questions avec des portées philosophiques plus ou moins poussées, mais dans chaque cas, une question philosophique: le fait de l'avoir posée importe plus que le fait d'y répondre dans le cas où c'est envisageable, et dans le cas où ça ne l'est pas, y réfléchir ne mène à aucun résultat concret (avis aux férus de philosophie,je n'a pas dit que ça ne servait à rien..)
Notez bien que si j'ai pris l'exemple de ma petite personne, c'est uniquement parce que je me connais comme si je m'était faite... Euh?
Si je m'étais faite je serais à l'origine de moi-même, donc je serais ma mère à l'origine de ma grand-mère ou de mon grand-père, ou mon père à l'origine de mon autre grand-mère (celle qui est folle) ou de mon autre grand-père et donc de mon arrière grand-... je laisse tomber. Nez-en-moins, si l'hypothèse de départ est fausse, c'-est-à-dire que je ne suis pas à l'origine de moi-même, cette propriété est héréditaire et à croissance exponentielle. D'où, est-ce que je vais prendre en compte toutes les possiblités dont la récurrence est fausse car l'hypothèse de départ se vérifie assez mal, mais dont l'hérédité est prouvée? Tout dépend de mon apparence à une secte ou non.
Je m'interroge... Allez, banzaï je vais dire non.

Ainsi, dans cette longue introduction il me semble avoir démontré plus ou moins clairement et c'est aussi bien comme ça qu'un être humain, même le dernier des gogol - voir exemple ci-dessus - possède une infinité de possibilités.
Par une récurrence qui n'en est pas une, nous admettrons donc qu'il existe une Deuxième personne possédant de la m^me manière bien que de façon différente, une infinité de possibilités.
Par itération, nous aboutirons à n personnes possédant une infinité de possibilités; n appartenant à l'ensemble des entiers naturels dans la mesure où je considère une personne amputée des deux bras, des deux jambes, chauve, aveugle, sourde, muette, et totaliplégique comme une personne à part entière et de même que moi et que tous les autres, dotée d'une infinité de possibilités,... bien que de manière différente. De plus, comme dans l'immédiat la race humaine me semble relativement peu en voie d'extinction, je considère qu'on aboutit donc a une infinité de personnes, chacune d'entre elles dotée avec une diversité infinie d'une infinité unique de possibilités. Ouf, on y est arrivé.

Ouais, ça y est on approche du coeur de la théorie. Comme dans chaque raisonnement mathématique, ma démonstration comporte un nombre incalculable de trucs totalement inutiles mais absolument nécessaires à l'obtention du résultat final.
Cette personne considérée en tant qu'infinité de possibilités - je me répète peut-être mais c'est bon pour la forme- constitue donc....
UNE DIMENSION.
Eh oui: une continuité absolue de possibilités, réalisées ou non, ça ne vous rappelle pas quelque chose? Personnellement, comme j'en bouffe à longueur de journée, j'ai tout de suite vu l'analogie avec l'axe des réels.
Pas l'axe des complexes parce qu'on a pas encore inventé ça, et pas non plus l'axe des entiers naturels ni celui des entiers relatifs ni celui des décimaux, des rationnels, et merde je ne me souviens jamais du dernier, parce que j'ai parlé de continuité absolue de possibilités. Pourquoi une continuité? Voir le paragraphe sur le tournage de tête - qui est assez prise de tête je l'avoue (ouarf ouarf).
Mais, vous me direz, ce n'est pas un continuité: peut-être que dans ma vie je ne tounerai Jamais au grand Jamais la tête à racine huitième de i sur cinquante mille trois cent quatre-vingt-quinze virgule trois pi radians. Aucune importance, je rétorque: si je n'ai jamais au grand jamais tourné la tête à racine huitième de i sur cinquante mille trois cents quatre-vingt-quinze virgule trois pi radians, c'est simplement que cette possibilité x n'a pas eu ou n'aura pas d'image par la fonction réalisation. Le fait que y de x n'existe pas montre simplement que la fonction réalisation n'est pas continue, cependant l'axe des possibilités x existe et est continue (il y a des complications parfois, je l'avoue, mais en maths tout est possible, même trouver une continuité entre un match de foot et la cinquième de beethoven).

Donc nous avons (enfin) notre première dimension, euh, .. notre personne.
Une infinité de personnes sont dans un cas similaire, ce sont des dimensions parallèles. Mais comme chaque personne est unique, je ne suis confondue qu'avec une seule autre dimension, eh ben non en fait c'est la mienne , je ne l'avais pas reconnue. Il y a unicité de la dimension personnelle, et ce jusqu'à ce que le clone fonctionnel et de type copie conforme soit mis au point, ce qui me laisse de la marge.
Bref: Je suis unique. Et vous aussi.

Deuxièmement, (oui, ce n'est que le petit deux, mais ça va aller plus vite maintenant), secundo donc (une infinité de façons de dire 2°, c'est pas magnifique ça? Et on ne se limite pas au langues!!), il peut arriver que deux de ces dimensions se croisent. Pour cela, il faut certaines affinités. Comme je suis bien parti sur mon expérience personnelle, je vais continuer dans la lignée. D'où, donc notre deuxième personne, va être... tadadadadaboum: Matthieu Joseph Thouvard, né le 24 Avril 1988 entre 11h 58' 45'' 4''' et j'arrête là les chiffres significatifs, et 13h 02' 34'' 00'''. Oui ça a été un peu long mais rassurez-vous il va bien.
Donc quand le destion de deux personnes possédant quelques affinités se croisent, ça fait, je vous le donne en plein dans le mille, un repère à deux axes. Chaque axe symbolisant une infinité unique, on aboutit donc à une surface comportant un produit de deux infinités distinctes, donc la deuxième dimension. Quand le repère est orthogonal, cela signifie que la rencontre a été directe, en gros on a tapé en plein dedans, on a tiré le gros lot, on a gagné le jackpot - bon je vais arrêter il va y avoir des jaloux. Pour résumer, sur le plan humain on a trouvé l'âme soeur... Et sur le plan mathématique on a une deuxième dimension assez exceptionnelle.
Petite remarque: quand deux axes sont purement orthogonaux mais qu'ils ne se croisent pas, considérez que vous êtes passé à côté de l'homme/la femme de votre vie (et après d'ailleurs). Quel dommage.

Cependant, si j'ai rencontré l'âme soeur, nous restons dans ce cadre là deux personnes complètement distinctes, ce qui est assez plat. Heureusement on n'en est qu'au stade de la surface, c'est assez rassurant.
Mais...
L'amour, ah l'amoûûûr, ouvre beaucoup de possibilités... Il est possible de faire, en tant que une fois deux, une -troisième- infinité de choses, en plus des deux autres infinités de possibilité qu'il existe à l'état de deux fois un. Cette troisième infinités de choses est particulièrement intéressante - je ne donnerai pas de détails - puisqu'elle nous permet de passer en relief. *
*(sans jeu de mots dans le texte)
Conclusion, nous avons notre troisième dimension.

Mais, et la quatrième dimension, -question existentielle- est-ce qu'il y en a une?
Et là, Michel Fugain entonne son éternel refrain:
Attention mesdames et messieurs, dans un instant, ça va commencer...!
Oui, ouvrez tous grand vos yeux plus ou moins dilatés, la quatrième dimension existe, et comme Michel nous le fait si obligeamment remarquer, c'est un question d'instant. Ou plus exactement, de temps.
En effet, je n'aurais pas les mêmes possibilités dans l'instant qui suit, que à l'instant qui passe et que celui qui vient de passer. Bon, OK, au niveau d'un instant le changement n'est pas flagrant mais au niveau d'un an, de deux ans, d'une vie entière, ça se voit nettement mieux.
Mais, vous me direz (encore! Mais quelle bande de chieurs!), tu oublies deux choses ma chère: 1° le présent n'existe pas, c'est un non-quelque chose entre le passé et le futur, et 2° la vie n'est pas infinie, donc ton infinité tu peux te la mettre là où je pense.
Donc je vais préciser...
Le présent existe, c'est une ligne infiniment minuscule (encore plus petite que Mimi Mattie) entre le passé et l'avenir. La nuance, c'est que dans un contexte mahématique de probabilités continues, la probabilité de tomber sur cet instant est égale à zéro. Mais il existe! Seulement de grands intellectuels frustrés ont déduit du fait que même leur esprit surpuissant n'arrivait pas à capter ni même à envisager le présent - c'est dire la limite de l'esprit humain, même s'il est infini- qu'il n'existe pas. C'est complètement faux, c'est une idée reçue dûe aux élucubrations de vieux papys gâteux et complètement frustrés par la vie qu'ils n'ont pas encore fini de louper.
Ensuite, la vie est infinie. Bien sûr n'importe qui vivra un intervalle de temps donné - exemple, mademoiselle Simone Duflisard, qui a vécu exactement entre le 23 Septembre 1920, 05h 11' 09'' 45''' heure de Valbigny sur Loire et le 11 Septembre 2001, 09h 51' 43'' 07''' heure de New York. Mais cette personne, qui a eu une belle mort entre nous - à 81 ans, mourir d'une overdose de substances illicites, faut le faire- a vécu une infinité de présents ui collés bout à out ont fini par faire une vie. Ceci se tient du fait que le présent est l'infiniment petit, donc l'inverse de l'infini. Et l'inverse de l'infini fois l'infinie ça fait quoi? Une vie...

En conclusion:
la première dimension, c'est moi.
la deuxième dimension, c'est toi.
la troisième dimension, c'est nous.
la quatrième dimension, c'était moi, c'était toi, c'était nous. C'est moi, c'est toi, c'est nous. Ce sera moi, ce sera toi, ce sera nous.
Et après? Ben ça sera les autres.
(Moi, d'abord, moi d'abord...)

Coïyl
Messages : 535
Inscription : ven. 11 mars 2005 23:00

Re: Dimensions

Message par Coïyl » lun. 31 oct. 2005 20:04

et pour finir, une petite citation chere a mon dodoche:
Deux choses sont infinies, l'univers et la connerie de cette fille bien que je ne sois pas conaincu de la première.

:roll:

clement
Administrateur du site
Messages : 2021
Inscription : lun. 13 déc. 2004 23:00
Localisation : Grenoble, France
Contact :

Re: Dimensions

Message par clement » lun. 31 oct. 2005 22:48

:D :D :D :D :D

Commentaires :
Le premier paragraphe niquel, un super trip, qui est vrai tout de même et qui est posé de façon tout à fait originale.
Coïyl a écrit :Par une récurrence qui n'en est pas une, nous admettrons donc qu'il existe une Deuxième personne possédant de la m^me manière bien que de façon différente, une infinité de possibilités.
Par itération, nous aboutirons à n personnes possédant une infinité de possibilités; n appartenant à l'ensemble des entiers naturels dans la mesure où je considère une personne amputée des deux bras, des deux jambes, chauve, aveugle, sourde, muette, et totaliplégique comme une personne à part entière et de même que moi et que tous les autres, dotée d'une infinité de possibilités,... bien que de manière différente. De plus, comme dans l'immédiat la race humaine me semble relativement peu en voie d'extinction, je considère qu'on aboutit donc a une infinité de personnes, chacune d'entre elles dotée avec une diversité infinie d'une infinité unique de possibilités. Ouf, on y est arrivé.
Là c'est nono qui va pas être contente parce qu'elle en a marre des maths.^^

Coïyl a écrit :Matthieu Joseph Thouvard, né le 24 Avril 1988 entre 11h 58' 45'' 4''' et j'arrête là les chiffres significatifs, et 13h 02' 34'' 00'''. Oui ça a été un peu long mais rassurez-vous il va bien.
Je connais enfin son nom de famille et sa date de naissance avec tout plein de chiffre significatif !!! ^^
Coïyl a écrit :En conclusion:
la première dimension, c'est moi.
la deuxième dimension, c'est toi.
la troisième dimension, c'est nous.
la quatrième dimension, c'était moi, c'était toi, c'était nous. C'est moi, c'est toi, c'est nous. Ce sera moi, ce sera toi, ce sera nous.
Et après? Ben ça sera les autres.
(Moi, d'abord, moi d'abord...)
Je me permet de foutre la merde dans les dimensions.

Premièrement Soit une personne quelconque par ses déplacements au cours du temps engendre 4Dimensions (3dans l'espace + le temps) + une 5ième qui sera sa pensée, ce ci dans une géométrie relativiste, autrement dis, issue de Einstein. Mais pour les faibles échelles de se déplacement nous nous retrouvons dans une géométrie non commutative, donc il y aura 6 dimensions physique (mécanique quantique) (3 dimensions volumiques, plus les 3 projetés des vecteurs vitesses sur les trois axes) + une 7ième pour la pensée, cela nous fait 2 système a 5 et 7 equations pour une personne, si on prend 2 personnes, nous avons donc 2 systèmes a 5 equations et 2 systèmes a 7 equations.

Soit un toisième axe que l'on nommera l'amour, il sera défini par il seul axe (1 seule dimension) qui est la solution a l'addition des 2 systèmes de chaques personnes qui nous donne une courbe croissante en fonction du temps

Bon, après on peut conjecturer de manière graphique, par exemple, dans le cas cité précédemment on a : Coline(x) + Matthieu(y) = :heart: (t)
Deuxième exmple : Jessica(x) + Clément(y) = :heart: (t)
etc...
Donc par une conjecture graphique, j'ai simplifié ta déclaration d'amour a 3 dimensions.
Désolé, c'est plus fort que moi.

Niko
Messages : 517
Inscription : mar. 26 avr. 2005 23:00

Re: Dimensions

Message par Niko » mar. 1 nov. 2005 01:53

Premièrement Soit une personne quelconque par ses déplacements au cours du temps engendre 4Dimensions (3dans l'espace + le temps) + une 5ième qui sera sa pensée
zerrrrrrrrrr..ta pensée est régie par les 4D espaces-tps pke tu penses tjr des trucs ds un espace et un tps
Bref on s'éloigne moi j'aime bien sa façon de faire pke tu vois quand t'a tes 2 premiers axes ac ton trucs clem, et bien t'as pas la dimension de dépassement, du plus loin que juste la réunion des deus être qu'on à avec ton :heart: (t).Alors qu'avec sa 3èmeD c magnifique, t'a les 2 personnes qui s'évadent autre part, s'apportent vraiment qqc(valeur ajoutée pr parler moche)...j'en pleurerais :(
Moi g tt aimé du coup...faire de la poésie en maths moi jdis bravo!!!!!! :D :D :D :D
Et puis c'étais carrément agréable à lire alors re-chapeau bas madame..

clement
Administrateur du site
Messages : 2021
Inscription : lun. 13 déc. 2004 23:00
Localisation : Grenoble, France
Contact :

Re: Dimensions

Message par clement » mar. 1 nov. 2005 15:01

Ecoute, c'était 1 heure du matin, donc je suis pas entré dans les détais et puis, j'ai fait une faute, ma troisième dimension est définie par l'intensité en fonction du temps (c'est une fonction exponentielle) donc c'est un plan. Je pense qu'il y a là la dimension de dépassement (en plus la dérivé est égale a la fonction, énorme ! ^^)
Bref, je n'ai pas l'impression d'être plus réveillé qu'hier.

Mais, comme je l'ai fait remarqué à Mathieu juste après, j'ai pas bien réussit à embélir mes propos, donc :arrow: [ ]

Niko
Messages : 517
Inscription : mar. 26 avr. 2005 23:00

Re: Dimensions

Message par Niko » mar. 1 nov. 2005 16:20

Mathieu?

clement
Administrateur du site
Messages : 2021
Inscription : lun. 13 déc. 2004 23:00
Localisation : Grenoble, France
Contact :

Re: Dimensions

Message par clement » mar. 1 nov. 2005 18:05

Matthieu, c'est Dodoche, voyons :!:

clement
Administrateur du site
Messages : 2021
Inscription : lun. 13 déc. 2004 23:00
Localisation : Grenoble, France
Contact :

Re: Dimensions

Message par clement » mar. 1 nov. 2005 18:07

Car pour un illuminé du style Raël Co
Allo Raphaël

Coïyl
Messages : 535
Inscription : ven. 11 mars 2005 23:00

Re: Dimensions

Message par Coïyl » mer. 2 nov. 2005 07:32

Groupe Analogue a écrit :
(3 dimensions volumiques, plus les 3 projetés des vecteurs vitesses sur les trois axes)

ya qu'un mec pour considérer la vitesse comme une dimension à part..


:lol:

clement
Administrateur du site
Messages : 2021
Inscription : lun. 13 déc. 2004 23:00
Localisation : Grenoble, France
Contact :

Re: Dimensions

Message par clement » mer. 2 nov. 2005 15:15

Et alors, si j'aime bien passé pour un con :?:
Moi, j'aime bien faire de grosses erreures de raisonnement, demande à Nico :)

Répondre