Coup de blouse

Venez poster vos textes, reflexions longues et autres poèmes...
Répondre
Coïyl
Messages : 535
Inscription : ven. 11 mars 2005 23:00

Coup de blouse

Message par Coïyl » mar. 25 oct. 2005 20:37

vala un texte sans grand interet, un trip perso qui fera rire ou non. La partie foutage de gueule est une (gentille je précise) mise en boîte spécial dédicace à clem dont j'adore le style d'écriture.... :mrgreen: et que je reconnaîtrais entre mille je crois... :face:



Déjà mardi soir et pourtant la semaine n'est pas finie... Le programme de demain se résume à la colle de biologie, mais malheureusement, cela comprend - assez ironiquement du reste: tout mon programme. Mouahahahaha...
En toute logique, je devrais être en train de me ruiner la santé à réviser mes cailloux mais... ce n'est pas comme d'habitude.
Ou plutôt si, c'est comme d'habitude: j'ai un travail de stakhanoviste, un mal de crâne à se cogner la tête contre les murs -pour ne rien arranger-, le blues de la blouse et mes morts qui me manquent. Le schéma banal de mon cerveau un soir d'Octobre à l'internat.
Sauf que ce soir, je me suis dit que j'allais jouer la rebelle et écouter de la musique en travaillant...
Le chanteur me dit de rêver, de rêver, de rêver jusqu'à ce que mes rêves deviennent réalité. On se croirait dans une rêve partie dis donc.
Mais bon, le chanteur a beau brailler des absurdités compte tenu de ma situation actuelle, je tends l'oreille. Peu à peu, les roches perdent du terrain et la chanson me rentre tout doucement dans la tête par les oreilles jusqu'aux ongles des pieds avec une escale par mon cerveau. Et paf, ça y est je n'ai plus envie de réviser ma bio: une soudaine envie de vacances vient inexplicablement de s'imposer à moi, stoppant toute activité de mon pauvre cortex décidément pas conçu pour la prépa.
-Alerte, alerte, allô centre de contrôle répondez nous avons un problème, grève générale des neurones... Allô centre de contrôle répondez moi déclenchez la contre-offensive je répète déclenchez la arghreuhreuh...
Tiens, il s'est tu cet enfoiré; bien fait pour toi la prochaine fois tu penseras à prévoir des vivres de secours parce que sur ce coup-là t'as pas assuré, t'as oublié que je contrôle totalement l'alimentation en électricité dans l'intégralité de mon organisme.
Enfin tranquille.
Si seulement il pouvait y avoir un rayon de soleil... qu'est-ce que ça me ferait plaisir...
Mais bon, un rayon de soleil à vingt-trois heures du matin, il ne faut pas rêver...
RÊVE ! ! ! !
Aïe oui c'est bon j'ai entendu je suis pas sourde tout de même, pas besoin de hurler, Steven... OK ne t'excite pas, je vais rêver si tu y tiens tellement... Alors voyons voir,... il me faut un rayon de soleil...
un rayon de soleil...
de soleil...
hiiiiiiizsctrchsfcrtch
[Foutage de gueule on]
..petit à petit mes idées se brouillent et deviennent de plus en plus floues, le monde extérieur s'estompe mon esprit s'évade et je regarde mes pensées qui s'échappent en volutes de fumée aux formes psychédéliques, qui s'insinuent insidieusement en moi telles un poison et leur action psychotrope m'enveloppe progressivement, m'emprisonnant dans un cocon de fumée , et je me perds dans cette atmosphère onirique...
[Foutage de gueule off...]
Quand soudain....!
Mon regard s'arrêta sur ma lampe de chevet. (!...)
Tilt, fit mon esprit! Ca c'est le cri de l'idée lumineuse, me dis-je, et, ne faisant ni une ni deux, j'attrape la lampe par le cou et je la braque sur mon visage.
Pour des raisons que d'aucuns comprendront - c'est à dire un subtil mélange entre le besoin d'oublier l'endroit où je me trouve et le bas insctinct de conservation de la rétine qui anime tous les animaux possédant un système oculaire plus développé que celui du phytoplancton- je ferme les yeux.
Une douce chaleur se répand à soixante joules par secondes sur mon visage bouffi par la fatigue: j'ai l'impression de regarder le soleil en face.
Derrière la fenêtre, le bruit des voitures ramenant leurs propriétaires respectifs à domicile à raison de plus ou moins cinq litres aux cent kilomètres ressemble de plus en plus au remous des vagues sur la plage près de Saint-Jean-de-Luz. Ma tête, qui sifflait douloureusement à cause de la fatigue, et qui me donnait l'impression d'être une cocotte-minute en surpression, baisse soudainement le volume et j'ai l'impression d'entendre la symphonie pour cris de mouette en sol mineur d'Erik Satie: la marche turque pour mouettes en direct de mon inconscient, [interprétée ce soir par la grande Alba Tros, une pianiste de renom qui...] c'est bon, Frédéric, mets là en veilleuse les victoires de la musique c'est le mois prochain alors boucle la, je ne suis pas sur France 2 je suis au bord de la mer et j'écoute les mouettes, là! Zut à la fin. Non, pas flûte, j'ai dis zut, tu me lourdes à tout ramener à toi et à ta punaise d'émission de musique classique [sur France Musique chaque dimanche entre 15h et 18h,...] arrête je te dis ou je change de station!
Mais qu'est-ce qu'il peut m'embêter celui-là, pas moyen d'écouter de la musique tranquille, il faut toujours qu'il ramène sa science... Fort heureusement, si je n'ai pas le contrôle des ondes radio, à l'intérieur de mon crâne j'ai les pleins pouvoirs en cas de crise majeure, et ainsi je peux bâillonner cet enquiquineur de commentateur même pas beau...
Hrzfrphtssssss... ca y est j'ai rétabli le contact avec mon rêve.The show can go on!

[ndlr: le nombre d'interférences entre le cerveau du sujet concerné et l'entendement humain étant trop élevé, le service de traduction des rêves de Capitaine Z inc. est au regret de vous annoncer qu'il s'est trouvé dans l'impossibilité de décoder la suite d'analogies incompréhensibles qui se sont faites dans la seconde qui a suivi l'intervention de Freddie Mercury, et s'est donc résigné à laisser le texte dans sa version initiale, puis de passer sans transition à l'incongruité suivante.]

The show can go o-o-on, the show can go o-o-on, inside my brain is breaking , la la je ne me souviens plus de la suite mais c'est pas grave mais pourquoi la femme de ménage passe l'apirateur avec sa moustache y a pas de rasoir au Portugal y a qu'une immense plage mais les mouettes elles ont passé la frontière elles veulent faire la révolution c'est des indépendantistes basques: VV Euskadi le pays basque et Saint-Jean-de-LUz et les vendeurs de chouchous sur la plage de Saint-Jean-de-Luz et la maison de repos de Saint-Jean-de-Luz...
La maison de repos...
... je crois que je suis fatiguée.
J'aimerais tellement dormir mais je ne peux pas: je suis en train de rêver. Non! Il ne faut pas que je dise ça sinon je vais me réveiller! Je ne veux pas me réveiller! Je veux être heureuse! Je suis au bord de la mer, les mouettes volent au-dessus de moi et quand je tourne la tête sur la gauche j'entends ta respiration, tu dors sur le sable juste à côté de moi! Si j'ai envie de te chatouiller en te soufflant dans le cou, tu vas te réveiller et me prendre sur tes épaules pour me jeter à la mer; et je vais crier, parce que j'ai bu la tasse, et que l'eau de mer est salée... et j'avale mes larmes parce que mes larmes sont salées, et je pleure mais ce ne sont pas des gouttes de mer ce sont des vraies larmes car ma joue n'est pas dupe elle sait que ce n'est ton nez qui appuie sur ma joue mais que c'est mon stylo plume -de mouette si je veux, mais mon stylo quand même...
A travers mes paupières je devine que mon ampoule n'a pas claqué: ma lampe fonctionne toujours; mais le Soleil s'est couché; les voitures sont toujours là, elles roulent toujours à cinq litres aux cent kilomètres mais la mer elle est partie, et roule aux cinq tonnes de gazole au centimètre carré; les mouettes ont cessé de chanter pour moi, ce n'est pas qu'elles ne veulent plus mais c'est tellement dur de chanter quand on est en train de s'étouffer avec une boulette de fuel et la mer tu me diras n'est qu'amertume diras n'est qu'amertume diras n'est qu'amertume diras et je me suis brûlé les lèvres en embrassant le radiateur dans le cou.
J'ouvre les yeux et je sais que j'ai perdu la partie.
Devant moi, à ta place, une série de plagioclases me regardent d'un air narquois, et les feldspathoïdes sont complètement morts de rire parce qu'il savent que j'en ai encore pour cinq heures de travail. Juste sous eux, je sens la menace de la classification des roches que je dois m'envoyer avant de pouvoir m'écrouler sur mon lit la conscience tranquille.
Des roches, des roches, des cailloux qui n'en finissent pas... Une suite interminable de cailloux que je dois travailler jour après jour, que je dois casser en tous petits morceaux jusqu'à ce que je les connaisse dans leurs moindres détails, pour passer au suivant... Je donnerais n'importe quoi pour être dehors à l'air libre au lieu de m'acharner du matin jusqu'au soir sur ces stupides tas de cailloux qui me rendent complètement marteau.
Je hais ce Lucky Luke.


Image

Nightmare Theater
Messages : 2137
Inscription : lun. 13 déc. 2004 23:00

Re: Coup de blouse

Message par Nightmare Theater » mer. 26 oct. 2005 11:41

PTDR!!! T'es assé méchamment partie en sucette, mais MDR!!! Vive l'IUT & les sorties dans Lyon jusqu'a tot le matin en semaine, vive la fiesta & les potes... Big bisou la miss 11 j'espere :p

Coïyl
Messages : 535
Inscription : ven. 11 mars 2005 23:00

Re: Coup de blouse

Message par Coïyl » mer. 26 oct. 2005 16:09

vi je peux venir donc je viendrai quoi qu'il arrive! :mrgreen:
et j'aurai l'autre blonde avec moi, dussé-je l'amener par la peau des fesses!! :lol:

:heart:

nono
Messages : 212
Inscription : jeu. 26 mai 2005 23:00

Re: Coup de blouse

Message par nono » mer. 26 oct. 2005 16:37

E-NOR-ME !!!!tro tro tro tro la classe
bcp de courage mme la casseuse de cailloux kan je part ds d trips comme ça ça sarret immédiatement snif !!!!
jadore

Nightmare Theater
Messages : 2137
Inscription : lun. 13 déc. 2004 23:00

Re: Coup de blouse

Message par Nightmare Theater » mer. 26 oct. 2005 19:25

Vous auriez du faire SI :p

Niko
Messages : 517
Inscription : mar. 26 avr. 2005 23:00

Re: Coup de blouse

Message par Niko » jeu. 27 oct. 2005 13:57

TROP BON!!!!G rigolé comme un ouf tt le long!

clement
Administrateur du site
Messages : 2021
Inscription : lun. 13 déc. 2004 23:00
Localisation : Grenoble, France
Contact :

Re: Coup de blouse

Message par clement » lun. 31 oct. 2005 12:17

Enorme le trip, je me suis trop trop marré :!:
Parter en sucette, ça permet de tout lacher ^^

Répondre