De la démocratie à la tyrannie

Revolution, revolution...
Répondre
rezis
Messages : 16
Inscription : mar. 13 juin 2006 23:00

De la démocratie à la tyrannie

Message par rezis » mer. 14 juin 2006 19:07

« Lorsque les père se résignent à laisser faire leurs enfants
parce par l'humiliation l'autorité leur a été retirée,
lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles
parce qu'ils ne croient plus en leurs valeurs,
lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter
parce qu'ils ne sont que les représentants d'une société déliquescente,
lorsque que finalement les jeunes méprisent les lois
parce que celles-ci sont le reflet d'une "bien pensance" qu'ils exècrent,
alors pères et maîtres se doivent de reconsidérer leur société,
c'est là en toute beauté et en toute jeunesse, le début de la tyrannie.
»
-Platon

Voilà un texte grec datant du IVe siècle avant J.C.
N'est-il pas frappant d'actualité ? Mais ne nous y trompons pas, ce texte ne relève pas de la philosophie malgrès son auteur. Il s'agit juste de clairvoyance quant à l'inéluctable lois des transformations des systèmes. C'est mécanique, couru d'avance.

La tendance verse actuellement et depuis quelques décennies sur le relâchement de l'autorité. Celle-ci n'est plus crédible, donc cette tendance s'amorce peu à peu dans les esprits.. et inévitablement nos descendants assisteront au basculement d'une société où les morales ayant perduré jusqu'ici ne seront présentes que dans les livres.

Peut-être.

La question ne serait plus
"Quel monde allons-nous laisser à nos enfants ?"
mais
"Quels enfants allons-nous laisser au monde ?"


Tiré de mon blog.

Nightmare Theater
Messages : 2137
Inscription : lun. 13 déc. 2004 23:00

Re: De la démocratie à la tyrannie

Message par Nightmare Theater » jeu. 15 juin 2006 10:28

Dur d'y repondre à froid, mais premiérement, contrairement à ce que l'on essaye de nous faire croire, les dérives insécuritaires ne sont pas nouvelles. Elles ont été là de tous temps, voir même beaucoup plus violente par le passé. Dans ce contexte, est-on en droit de trouver choquant un texte relevant de dérives comportementales intemporelles. il y aura toujours des couards, autant que des braves, des tyrans...etc. Concernant "quels enfants laissera t-on au monde", je ne pense pas que ce soit plus un probléme. Par contre, "quel monde laissera t-on à nos enfants" en est un, mais à mon sens, pour d'autre raison, notemment la vulgarisation de moyen de destruction de grande envergure dont l'ombre plane sur chaque conflit et le fait que les relations internationnales sont aussi chaotiques, ce qui fait un coctail vraiment mauvais pour le futur... Mais je sors du sujet...

rezis
Messages : 16
Inscription : mar. 13 juin 2006 23:00

Re: De la démocratie à la tyrannie

Message par rezis » jeu. 15 juin 2006 10:50

Je vois.
Mais, notre négligence envers la santé du globe ne fait-elle pas partie d'une absence de morale de laquelle je veux parler ? Les futures générations seront invévitablement pires que nous. Et je pense que la dérive insécuritaire actuelle ne peut être comparée à celles du passé. Car aujourd'hui, justement comme tu le dis, la "vulgarisation de moyen de destruction de grande envergure" est bien plus dangereuse que les conflits et révolutions du passé.

clement
Administrateur du site
Messages : 2021
Inscription : lun. 13 déc. 2004 23:00
Localisation : Grenoble, France
Contact :

Re: De la démocratie à la tyrannie

Message par clement » jeu. 15 juin 2006 16:19

Plus d'une heure de gros craquage abouti et organiser qui ne par pas dans tous les sens, un vrai bonheur. Je clique sur suivant et je retombe sur la page "poster une réponse" et j'ai tout perdu. merci forum actif ! :spiderman: :rambo: :no :no

Nightmare Theater
Messages : 2137
Inscription : lun. 13 déc. 2004 23:00

Re: De la démocratie à la tyrannie

Message par Nightmare Theater » ven. 16 juin 2006 09:08

Fais comme moi, quand j'ai du gros craquage qui fait bien plaisir, je fais un copier avant de cliquer sur poster, comme ca si ca coupe, je refais coller derriére ^^.

clement
Administrateur du site
Messages : 2021
Inscription : lun. 13 déc. 2004 23:00
Localisation : Grenoble, France
Contact :

Re: De la démocratie à la tyrannie

Message par clement » lun. 19 juin 2006 11:47

Je tacherais d'y penser la prochaine fois.
Je refais mon gros craquage après le baccalauréat, dès que je rentre chez moi. (probablement mercredi après-midi ou soir)

clement
Administrateur du site
Messages : 2021
Inscription : lun. 13 déc. 2004 23:00
Localisation : Grenoble, France
Contact :

Re: De la démocratie à la tyrannie

Message par clement » mar. 26 févr. 2008 19:22

Reprendre le texte phrase par phrase :

Lorsque l'autorité de ceux qui représentent la sagesse, et donc par cela même, sont les garants de la moral et du juste.

Car vu aujourd'hui, mais peut-être est-ce là une réalité, comme d'une sénilité grandissante.

Aux yeux de la jeunesses, ceux-ci sont discrédités.

Car de leur âge avancé, leur descendance pense que leurs paroles sont désuettes.

Ne voit-on pas aujourd'hui les politiques d'un certains âge vouloir s'occuper de « l'insertion des jeunes » par exemple, alors que, par derrière, ceux-ci appliquent des politiques législatives ayant le plus d'impact, en moyenne, mais une moyenne prévisible, sur cette même jeunesse, par moment à la limite de la discrimination car en quantité, moins de directives législatives sont mise en oeuvres pour les pénaliser eux-mêmes. Vous direz : « Pourquoi devrait-on limiter les lois qui touchent majoritairement les jeunes, si ceux-ci sont plus fautifs ? » On peut penser, même si ceci n'est pas fait consciemment, je ne peux juger sur ce point, qu'un des but est de soumettre la jeunesse pour réaffirmer l'autorité des maîtres, des décideurs, en créant un sentiment de crainte. Plus particulièrement, aujourd'hui, dans le contexte socio-politique de la France d'aujourd'hui, ce ne sont pas tant les jeunes dont je parlais précédemment, mais les « jeunes des quartiers » et aussi les personnes susceptibles d'être déviante, selon les critère de ce même contexte, du point de vu de la consommation de drogue, c'est à dire abus d'alcool, consommation de toute autre drogue, excepter le tabac, qui aujourd'hui sont visées.

Ces personnes visées sont déviant vis à vis de certains critères jugés « primordiales » dans ce même contexte.

Ceux-ci, en tant que marginales, au sens large du terme, ne pense plus que les lois de cette société sont adaptés à leur besoin, c'est pourquoi ceux-ci préfère les transgresser, généralement ceci à pour but la recherche d'une compensation, on peut trouver l'exemple flagrant et évident des drogues.

Ils ne voit plus le bien fonder des lois qu'ils transgressent car pour eux, elles sont le reflet d'un consensus pour arriver à un idéal, par exemple la réussite sociale, dont ils ne veulent pas, pour différentes raisons, à mon avis trop longues à expliciter, mais je pourrais y revenir ultérieurement au besoin du lecteur. Cet idéal n'est d'une par, pas le leur, d'autre par ils ne se sentent pas libre, tout du moins pas assez, s'ils appliquaient rigoureusement toutes les lois de la société à laquelle ils appartiennent.

J'ai fait une confusion entre les pères et les maître au début, celle-ci pourra être explicité en cas de désaccord. N'a-t-on pas l'impression, nous les jeunes, que les politiques s'occupent, dans le fond, pas dans la forme, c'est dire le discourt, de personnes d'un certain âge.

Phrase non applicable aujourd'hui, tout du moins, je n'ai pas de remarque allant dans le fond à faire.

Répondre