L'Homme, sa définition

Revolution, revolution...
clement
Administrateur du site
Messages : 2021
Inscription : lun. 13 déc. 2004 23:00
Localisation : Grenoble, France
Contact :

Re: L'Homme, sa définition

Message par clement » dim. 17 juil. 2005 17:07

Je suis relativement d'accord avec toi.

clement
Administrateur du site
Messages : 2021
Inscription : lun. 13 déc. 2004 23:00
Localisation : Grenoble, France
Contact :

Re: L'Homme, sa définition

Message par clement » dim. 11 sept. 2005 18:39

Bon, je mets ici ce que j'ai déjà mis dans mon texte intitulé "L'homme?" :

Qui est-il ?, Qu’est-il ?, Que fait-il ?, etc.
L’Homme est source de multiple question depuis que sa conscience à vu le jour. Sa conscience venant d’une forme d’intelligence lui permettant de juger. Juger, qui pouvait bien le faire avant l’Homme ?, personne, c’est bien pour cela que nous nous considérons comme unique. Mais, après tout, pourquoi un seul homme est unique, alors qu’un animal ne l’est pas ?, par ce que nous avons la capacité de juger. Apparemment, mais cette réponse ne me convient guère, car …, finalement, elle paraît juste. Bon, mais depuis la création de l’univers et même avant, nous sommes peut-être les seuls êtres pensant d’un monde tellement vaste qu’il n’a pas de limite, ceux qui s’essaient à le lui en donner ce dote de nombre n’existant pas, et n’ayant aucune signification concrète, alors que notre univers est concret, ces limites ne le sont pas, me direz-vous, moi je préfère dire qu’il n’y en a pas. A priori, l’homme, seul être pensant d’un monde infini, ayant une belle faculté, qui peut conduire au malheur, car c’est de cette faculté que découle le malheur, oui, le malheur, ce jugement que l’on peut avoir, qu’on a déjà eu, est une invention de notre pensée, et plus précisément, de notre faculté à juger, en effet, sans cette capacité à juger, qui pourrait prendre conscience du bonheur ou du malheur, avant notre évolution à un stade merveilleux, le monde, l’univers, tout était neutre, aujourd’hui, à notre référentiel, tout est beau ou moche, bien ou mal, nous pouvons tout juger.

Pourquoi avoir cette faculté, sinon pour l’utiliser dans un but précis, celui de la recherche du bonheur parfait, je n’en suis pas certain, je veux remettre en question le but de l’homme, sa place dans cet univers. Nous avons sûrement un but, car nous avons là capacité de rechercher ce but, est-il celui de la préservation de ce monde ?, ou plutôt celui de l’acquisition d’une connaissance, qui nous mènera à notre but ultime, celui de la vie, et surtout le but de la conscience, le but du jugement. Pour ma part, je pense que l’homme doit commencer par vivre, heureux autant qu’il lui est permis, ou qu’il en a la possibilité de le faire, puis, de chercher à vivre mieux, dans un but altruiste, pour enfin aboutir sur la réflexion ultime, « Quelle est ma place ici, pourquoi puis-je avoir cette question, si ce n’est pour me la poser, et donc, pour essayer d’y répondre. », y répondre est une chose qui ne m’arrivera sûrement pas de mon vivant, bien que c’est un de mes souhait en tant qu’être vivant munis d’une conscience, d’un jugement, d’une capacité à abstraire les choses, tiens, l’abstraction, cette capacité est liée au jugement, en quoi ?, il doit exister une relation entre les deux, la conscience ?, sûrement, mais alors, pourquoi ?, pour trouver un but, non, trouver un but nouveau, autre que celui que l'on attribue aux animaux, grâce à l’abstraction, et au jugement ?, nous sommes peut-être dans une phase de transition entre une conscience comme nous la connaissons et une autre, plus évoluée, admettant une ou plusieurs autres capacités, car d'après certaines recherches, nous n'utilisons que 25% de la capacité de notre cerveau, qu'en sera-t-il lorsque nous serons à 100% ou plus? Verrons-nous plus clair? Peut-être pas. Dans le doute je préfère penser que non, pour m’acharner vers la compréhension de ce but ultime, que je ne connaîtrais pas.

Pour l’heure, je m’attribue un but, celui d’aider à faire évoluer notre société. Mais je n’y arrive pas, et le pourquoi, je l’ai trouver en écrivant ces quelques lignes, je le connaissait d’avant, mais… Si je n’arrive pas à répandre le bien comme je le voudrais, c’est que avant d’entreprendre une action de cette envergure, il faut commencer par répande le bien sur ma propre personne, je ne le désir qu’à moitié, je me dis que si les autres vont bien, j’irais bien. Le problème, c’est que pour donner le bonheur aux autres, il faut d’abord ce le donner à soit. Je n’y arrive pas non plus, par où dois-je commencer ?, peut-être par m’enlever ces peurs qui me bloquent, cette peur, frustration qui est de mourir sans savoir si le monde tournera bien sans moi, et après moi, c’est pour cela que je souhaite une utopie atemporelle à notre société occidentale, ce serait pour apporter ma goutte d’eau dans la mer infini, de cette mer infini que quelque soit l’apport, nous aurons peut-être fait avancer les choses, mais ces choses ne seront jamais parfaites, tout simplement car elles ne peuvent être parfaites, oui, car qui dit perfection, dit jugement, notre jugement nous est propre donc le parfait n’existe pas.

Comment y remédier ?…, je pense que pour arriver vers une utopie englobant tous les hommes, nous ne pouvons pas, j’ai beau y réfléchir, notre capacité à juger inclus forcément que le monde est nuancé, c’est à dire que quoi qu’il se passe, il y aura une part de bien, et une de mal. Si nous additionnons les deux ( abstraitement ) nous obtiendrons du neutre ( 1 le bien et -1 le mal font 0, le neutre, où le 1 unitaire peut prendre n’importe quelle proportion car son contraire prendra forcément les mêmes, mais de façon opposé, négative ). Que faire alors ?
, là je suis perdu…


Juger est une notion abstraite donc l'homme c'est aussi un language, une façon de s'exprimer relativement développée, assez développée pour introduire la notion de concepte donc des mots ayant une signification relative, qui dépend du référenciel, enfin tous les mots ayant un sens contraire.

Pour finir, et c'est sur ce point que ma pensée s'est arrêtée aujourd'hui, c'est le fait de la conscience de soi et du questionnement, de la curiosité, en effet, l'homme est le seul à pouvoir se questionner sur des sujets où il y a une réponse, par exemple "Comment t'appelles-tu ?", ou sur des sujet d'ordre philosophique comme le sujet présent "Qu'est ce que l'Homme ?".

Cette notion de questionnement ainsi que celle de la conscience de soi nous ammène sur un dernier point, c'est là que je m'arrêterais jusqu'à un nouvel élément, c'est le doute, l'Homme doute sur certain point ou à certain moment "Ai-je bien agit en faisant çà ?"

Peut-être à suivre.

nono
Messages : 212
Inscription : jeu. 26 mai 2005 23:00

Re: L'Homme, sa définition

Message par nono » dim. 18 sept. 2005 16:10

:shock: :shock: :shock: :shock: :shock: :shock: :shock: :shock: :shock: :shock: :suspect: :suspect: :suspect: :suspect: :suspect:
wouah !!! je savais ke tu étais intelligent et léhérement penché sur la philo mais à ce point la ça devient carrément ...... super !!!
eeuh malheureusement je ne crois pas avoir tout compris mais en globaliT je pense être d'accord avec toi, seulement une chose me dérange qu'est-ce que tu ententds par
d’une capacité à abstraire les choses,
j'ai epeur e n epoint comprendre ???!!!!
sino je ne peux répondre à ce sujet parce que là je me sens carrément dépassé ou alors g peur de voir ce que tu vois.

clement
Administrateur du site
Messages : 2021
Inscription : lun. 13 déc. 2004 23:00
Localisation : Grenoble, France
Contact :

Re: L'Homme, sa définition

Message par clement » dim. 18 sept. 2005 17:50

Là, tu vois, je n'ai plus aucune idée de se que je voulais dire par "abstraire les choses", mais çà va peut-être me revenir, çà fait un moment que j'ai écrit ce texte déjà.

Nightmare Theater
Messages : 2137
Inscription : lun. 13 déc. 2004 23:00

Re: L'Homme, sa définition

Message par Nightmare Theater » lun. 19 sept. 2005 04:25

J'ai pas lu le raisonneùent, pke le temps me manque, mais je pense que la capacité a abstraire les choses est analogue a ce que l'on nomme "le recul". On s'extrait du contexte concret pour avaoir une vision plus globale/abstraite des choses, ce qui nous demande une plus grande capacité d'analyse mas en mm tps une meilleur vue.

clement
Administrateur du site
Messages : 2021
Inscription : lun. 13 déc. 2004 23:00
Localisation : Grenoble, France
Contact :

Re: L'Homme, sa définition

Message par clement » mar. 20 sept. 2005 18:35

C'est pas tout à fait çà, là, j'ai trouver une définition exact dans le livre de philosophie, je la post dès que j'ai le temps.

Répondre