Economie : sa place centrale dans les sociétés d'aujourd'hui

Venez palabrer & debatre de l'actualité... (cliquez sur Agora pour rentrer)
sam
Messages : 292
Inscription : mar. 28 déc. 2004 23:00

Re: Economie : sa place centrale dans les sociétés d'aujourd'hui

Message par sam » mer. 22 juin 2005 19:47

Je l'ai fini. Il doit être dispo à camus dans la rubrique économie. Du coup, je me suis mis au capital de marx et je dois dire que c'est beaucoup plus difficile. Sinon dans l'Antimanuel, il y a quelques propositions alter économiques que je trouve intéressantes à dévelloper comme la distribution de tickets restos pour tout le monde de fason à ce que personne ne crève de faim et la généralisation d'une monnaie de ce type cad non stockable, et non destinée à faire marcher l'économie traditionnelle.

Nightmare Theater
Messages : 2137
Inscription : lun. 13 déc. 2004 23:00

Re: Economie : sa place centrale dans les sociétés d'aujourd'hui

Message par Nightmare Theater » jeu. 23 juin 2005 05:00

Why not?

sam
Messages : 292
Inscription : mar. 28 déc. 2004 23:00

Re: Economie : sa place centrale dans les sociétés d'aujourd'hui

Message par sam » sam. 9 juil. 2005 19:18

Comment gagner beaucoup d’argent en spéculant ?
-Emprunter une forte somme de la monnaie que l’on veut attaquer (10 milliards de youps, monnaie de Patasylvanie)
-Revendre brutalement sur le marché des changes pour acheter des euros à la place. La transaction se fait au cours de 10 youps pour 1 euro, ce qui permet d’acheter un milliard d’euros.
- Inquiètes face à ces ventes massives de youps, les banques et les entreprises font pareil. Ce n’est pas bon de garder dans sa trésorerie ou dans son épargne une monnaie qui ne va pas bien.
-La banque centrale de Patasylvanie n’arrive pas à contrer l’attaque en rachetant massivement sa monnaie contre d’autres devises sur le marché des changes. Les cours du youp s’effondrent. Il faut désormais 20 youps pour faire un euro.
-Racheter alors 10 milliards de youps, pour le prix de 500 millions d’euros. Les rendre au prêteur en payant un petit intérêt… mais bien inférieur au gain de 500 millions d’euros que l’on a réalisé
-De plus, la banque centrale augmente les taux d’intérêts pour que les épargnants étrangers rachètent des youps. Le cours du youp remonte. Il faut à nouveau 10 youps pour un euro.
-A cause des intérêts élevés, les entreprises patasylvanes renoncent à emprunter pour construire de nouvelles usines. Même difficulté pour les particuliers, qui trouvent le crédit trop cher pour acheter un logement ou une voiture. L’économie ralentit, le chômage augmente. Sans oublier que la Patasylvanie a perdue l’équivalent de 500 millions d’euros dans l’affaire.
Ce scénario n’est possible que si l’emprunt de départ est significatif par rapport à l’économie du pays attaqué ce qui implique d’avoir beaucoup d’argent.

Conclusion : Vive la spéculation qui permet de donner une fois de plus raison au fameux dicton
« Plus on est riche, et plus on est riche »

sam
Messages : 292
Inscription : mar. 28 déc. 2004 23:00

Re: Economie : sa place centrale dans les sociétés d'aujourd'hui

Message par sam » jeu. 14 juil. 2005 07:47

B1 alors, personne n'en n'a plus rien à foutre de la Taxe Tobin?

Coïyl
Messages : 535
Inscription : ven. 11 mars 2005 23:00

Re: Economie : sa place centrale dans les sociétés d'aujourd'hui

Message par Coïyl » jeu. 14 juil. 2005 15:01

si si moi ça m'intéresse... lance toi! :face:

j'attendais juste que le débat commence :)

clement
Administrateur du site
Messages : 2020
Inscription : lun. 13 déc. 2004 23:00
Localisation : Grenoble, France
Contact :

Re: Economie : sa place centrale dans les sociétés d'aujourd'hui

Message par clement » dim. 17 juil. 2005 16:53

J'ai trouvé un document qui m'a l'air de bien expliquer tout cela tout en faisait le lien avec ATTAC, mais je n'ai pas encore eu le temps de le lire, donc à suivre pour ma part.

clement
Administrateur du site
Messages : 2020
Inscription : lun. 13 déc. 2004 23:00
Localisation : Grenoble, France
Contact :

Re: Economie : sa place centrale dans les sociétés d'aujourd'hui

Message par clement » mer. 27 juil. 2005 09:09

Voici le document que j'ai trouvé sur la taxe tobin

LA TAXE TOBIN : UN OUTIL POUR MONDIALISER LA JUSTICE FISCALE

Définition

La taxe Tobin (Tobin tax) est un outil de lutte contre la spéculation financière imaginé par un professeur américain de l'université de Yale : James Tobin.
Keynésien, prix Nobel d'économie en 1981, c'est au cours d'un colloque en 1972 que l'universitaire a présenté pour la première fois son idée de taxer toutes les transactions de change pour décourager "les spéculations qui effectuent des allers et retours en quelques semaines".
il s'agissait, selon m. Tobin lui-même, de "mettre un grain de sable" dans ces mécanismes et ce grain de sable prendrait la forme d'une taxe de faible taux dont les recettes seraient redistribués vers les pays les plus pauvres.

S'il y a actuellement un secteur d'activité qui se porte bien, c'est bien celui des marchés financiers !
Comme le signalait le journal Le Monde dans son édition du 1er Mars 1998 la Bourse de Paris est saisie par l'euphorie, le fameux CAC 40 a grimpé de 14,1% depuis le 1er janvier et doublé en un peu plus de deux ans. Le Dow Jones, quant à lui, se porte également comme un charme puisqu'il a atteint le seuil des 8500 points, seuil inégalé jusque là.
En une semaine, la valeur des actions a progressé de 4,9% à Paris, de 2,3% à Francfort, de 1,6% à New York et de 0,27% à Londres. Ces résultats pourraient être interprétés comme des provocations dans des nations dans lesquelles le nombre des sans emploi et des précaires est en constante augmentation !
Mais comment pourrait-il en aller autrement dans la mesure où les capitaux bénéficient actuellement de privilèges énormes : faible taxation, libre circulation, existence de paradis fiscaux permettant de blanchir l'argent sale.


LES DEGATS DE LA SPECULATION

Depuis la fin des accords de Bretton-Woods qui régissaient le marché des changes, c'est à dire depuis la décision du Président Nixon de supprimer, suite aux problèmes de financement de la guerre du Vietnam, la convertibilité du dollar en or, les marchés financiers sont devenus instables. Des bulles spéculatives se développent ; la valeur des actifs étant sans rapport avec la réalité (bulle spéculative de l'immobilier en 1990), les spéculateurs jouent les monnaies les unes contre les autres et ce au détriment des Etats. Le Mexique fut ainsi l'objet díattaques en 1992 et 1994, la livre sterling fut obligée de quitter le système monétaire européen en 1992 suite aux agissements d'un seul spéculateur : M. Soros (il a joué 10 milliards de dollars contre la livre sterling et en a gagné 1 !) En juillet 1997, les spéculateurs se sont attaqués au baht, la monnaie thaïlandaise, entraînant ainsi une grave crise financière dans tous les pays asiatiques. Le hic c'est que personne ne se préoccupe des conséquences sociales et humaines de telles stratégies.
Les chiffres donnent le vertige. Aujourd'hui ce sont quelques 1.400 Milliards de dollars (soit le PIB annuel de la France) qui transitent chaque jour sur ces marchés. Ces sommes sont placées pour de courtes périodes (moins d'une semaine) et le "long terme" en líoccurrence est généralement de l'ordre de la dizaine de minutes ! Les montants atteints font que, de facto, les Etats ne peuvent plus lutter contre les attaques dont ils sont l'objet, leurs réserves n'y suffiraient pas.
La situation s'est aggravée depuis 1971 - seulement 18 Milliards de dollars s'échangeaient alors chaque jour - à cause du développement des moyens de communication et de l'informatique qui permettent à ces capitaux volatils de faire plusieurs fois le tour de la planète par jour à la vitesse de la lumière en récoltant , au passage, de substantielles plus values. Par ailleurs, ces capitaux "voyageurs" sont réellement spéculatifs car seulement 3 à 18 % de ces placements seraient liés à des opérations commerciales réelles (couverture de change).
A long terme, cette situation est néfaste pour l'économie et les peuples n'ont rien à gagner à ce petit jeu. Les spéculateurs, ne veulent qu'une chose : rafler une mise copieuse et rapide et ils se moquent bien des conséquences humaines et sociales de leurs actes. La spéculation est stérile pour l'économie, elle provoque pour tous les pays une augmentation générale des taux d'intérêts néfaste aux investissements, elle gonfle la charge des dettes publiques, ce au détriment d'autres budgets.
IL POURRAIT Y AVOIR UN REMEDE

L'idée du professeur Tobin est ressortie de l'ombre lors de la crise mexicaine en 1992/1994 et on en a parlé pour la première fois sérieusement en Europe lors du sommet social de Copenhague en 1994. C'est M. Mitterand qui a exposé alors son intérêt.
Depuis, les Nations Unies se sont saisies du projet et celui-ci a été également évoqué au sommet du G7 d'Halifax en 1995.
Aujourd'hui, face à la crise asiatique, mais aussi chez nous avec le développement du mouvement des chômeurs, le concept de Taxe Tobin trouve de nombreux défenseurs.
Le débat est lancé et il faut souligner que certains libéraux sont partisans d'une telle intervention, sans doute effrayés des conséquences de leurs actes.
Au dernier sommet de Davos, M. Soros lui-même s'est déclaré favorable à la "création d'une instance de contrôle des marchés" et le journal l'Expansion s'est autorisé un titre choc : "Vive l'impôt mondial antispéculation !".


- le mécanisme de la Taxe Tobin

Il s'agirait donc d'instituer une taxe au niveau mondial, unique, à taux proportionnel, de faible montant, collectée à la source.
Pour être efficace cette taxe devrait avoir une assiette, un taux et un recouvrement identiques dans tous les pays. Elle serait collectée et administrée par chaque gouvernement sur toutes les opérations concernant le marché des changes de ses résidents, dans sa juridiction. Les produits de cette taxe seraient reversés à un fond central contrôlé soit par le FMI, soit par la Banque Mondiale, soit par une structure démocratique et responsable sous le contrôle des Nations Unies. Cette dernière solution semble être la plus souhaitable puisqu'actuellement le FMI, la Banque Mondiale , l'OCDE et l'OMC (les quatre cavaliers de l'Apocalypse de la "World Company" ?) n'oeuvrent pas spécialement pour le bien des peuples et ce ne sont pas, par ailleurs, des modèles de transparence et de démocratie. Cet organisme devrait ensuite redistribuer le produit collecté, étant précisé que les pays pourraient garder une partie de leur récolte.
Le taux devrait résulter d'un compromis entre la volonté de stopper la spéculation, ne pas gêner les autres opérations et rapporter des recettes fiscales d'un certain montant.
M. Tobin propose une taxe de 0,2%. A ce taux, la taxe est trop faible pour peser sur les échanges commerciaux ou sur les investissements productifs à long terme, mais elle permettrait de décourager les spéculations au jour le jour. En effet au taux de 0,2%, le taux réel annuel serait de 44% pour des capitaux circulant tous les jours. Les défenseurs de la Taxe Tobin indiquent qu'au taux de 0,25% la taxe rapporterait 290 Milliards de dollars (166 Milliards pour un taux à 0,1%). Pour la France, les recettes d'une taxe au taux de 0,2 % représenteraient la bagatelle de [10 Milliards d'Euro], soit plus de 8 fois l'ISF !

- les oppositions :

Actuellement, seules la France et l'Australie parmi les pays développés, se sont déclarées favorables à l'instauration d'un tel système. Il reste donc un énorme chemin à parcourir puisque le mécanisme de la Taxe Tobin a besoin d'un consensus total pour être efficace.
Les opposants à la taxe indiquent que les difficultés administratives seront trop importantes et ils mettent en avant l'exemple de l'Union Européenne qui est incapable d'harmoniser sa fiscalité du capital. Par ailleurs, les paradis fiscaux risquent de fausser le jeu.
Ces arguments ne sont guère recevables et ces difficultés ne sont pas aussi insurmontables qu'elles le paraissent. Ce qui fait le plus défaut c'est la volonté, il suffirait que les nations signent une convention ou un traité fiscal. Même si cela ne se fait pas du jour au lendemain c'est du domaine du possible et cela a bien été fait pour l'OMC, tandis que l'OCDE compte bien procéder de la même manière pour l'AMI dont nous reparlerons dans notre prochain numéro. Concernant le contrôle de la taxe, les banques qui seraient chargées de la prélever à la source sont dans tous les pays et elles sont peu nombreuses, donc faciles à surveiller, de plus quelques organismes regroupent une grande partie des transactions comme SWIFT (Society for Worlwide International Financial Transactions) à Bruxelles. Restent les problèmes des jeux d'écritures des grandes transnationales et l'existence des paradis fiscaux, encore que pour ces derniers, si les Nations s'en donnaient réellement les moyens elles pourraient peser pour réduire leur nuisance (en instaurant une taxation des transferts en provenance de tels lieux à des taux prohibitifs).


Alors, la Taxe Tobin est-elle comme le signalait Joëlle Kuntz dans le journal helvète "L'Hebdo" (n°51 du 18/12/97)"une utopie du XXIe siècle"?
Laissons-lui la parole : "Elle a le défaut des utopies : les puissants n'en veulent pas et les économistes sont presque unanimes à la croire irréalisable. En réponse à la mondialisation des capitaux, elle a cependant permis de mondialiser le concept de justice fiscale".
Il est certain que la Taxe Tobin n'est pas "politiquement" correcte et qu'elle serait, si elle était instituée, le seul impôt vraiment international qui permettrait de décourager la spéculation, de favoriser le développement économique des pays et d'aider, par un système redistributif, les pays les plus pauvres.
A l'heure actuelle, n'est-il pas temps de réfléchir à une autre fiscalité, plus efficace, plus juste, plus redistributrice à l'échelle de la planète ? Sacré utopie en effet ! Nos Etats devraient renoncer à une once de leur souveraineté dans cette affaire, et c'est peut être là que le bât blesse le plus ! Mais par la spéculation contre laquelle ils ne peuvent plus lutter, ne perdent-il pas plus grandement de leur pouvoir ?
Utopie peut être, mais le SNUI pense qu'il est temps de poser les premiers jalons. C'est dans ce sens que notre syndicat soutient activement la création d'une association non gouvernementale destinée à promouvoir la Taxe Tobin : ATTAC (Action pour une Taxe Tobin d'Aide aux Citoyens), à l'initiative du Monde Diplomatique !

SOURCES

CEUX QUE CE SUJET INTERESSE POURRONT UTILEMENT SE REPORTER AUX DOCUMENTS SUIVANTS :
Article d'Ibrahim Warde "Le projet de taxe Tobin, bête noire des spéculateurs, cible des censeurs", Le Monde Diplomatique Février
1997.
Article d'Ignacio Ramonet "Désarmer les marchés" Le Monde Diplomatique Décembre 1997.
"Vive l'impôt mondial antispéculation" L'Expansion n° 567 du 4 mars 1998.
Capital n°78 de mars 98 sur la crise en Asie.
Le site Internet d'Attac ( http://Attac.org ) qui comporte un certain nombre de liens, notamment vers le site canadien "Initiative d'Halifax" ( http://www.sierraclub.ca/national/halifax/issues/tobin/ ) très en pointe sur la Taxe Tobin.

clement
Administrateur du site
Messages : 2020
Inscription : lun. 13 déc. 2004 23:00
Localisation : Grenoble, France
Contact :

Re: Economie : sa place centrale dans les sociétés d'aujourd'hui

Message par clement » mer. 27 juil. 2005 09:27

Après avoir lu ceci on peut se demander qu'est ce que la spéculation, je vais donc éssayer d'en proposer une définition.

Définition brute :

La spéculation est une activité humaine consistant à imaginer les réactions et activités d'autrui, comme si nous étions à sa place, et à porter un regard sur notre propre activité, comme si nous étions un autre. C'est donc la mise en miroir (speculus).

A distinguer de l'agiotage, qui est la manipulation du marché.

Dans le domaine économique, la spéculation consiste à prendre aujourd'hui des décisions économiques sur la base d'un état économique futur et hypothétique. C'est un pari monétaire portant sur l'évolution future du prix de biens économiques. Si l'opérateur obtient des informations privilégiées, on n'est plus en présence d'une spéculation mais d'un délit d'initié.

Spéculer consiste à acheter ou vendre, généralement en bourse, une certaine quantité d'une marchandise, d'un actif financier ou d'un contrat dérivé,

* dans l'espoir que son prix evoluera par la suite de façon à procurer un gain monétaire,
* tout en acceptant le risque de perdre de l'argent si l'évolution est contraire aux espoirs.

Certains instruments financiers, tels que le contrat à terme (= à crédit) ou les options financières (le type le plus courant d'opérations dites « dérivées ») permettent de spéculer sur de gros montants avec une faible somme au départ.

L'existence de spéculateurs acceptant de prendre des risques permet à d'autres agents de « couvrir » leurs propres risques en faisant l'opération en sens inverse, transférant ainsi leur risque aux spéculateurs (opération de couverture de risque), un peu comme le ferait pour eux un assureur. ILs assurent une partie de la liquidité du marché.

Par exemple un exportateur européen de produits vers les États-Unis d'Amérique craignant une baisse du dollar, devise dans laquelle il sera payé, ou désirant fixer tout de suite ses revenus en euros, pourra « vendre à terme » des dollars sur le marché des changes à un spéculateur, lequel à l'inverse les achète à terme en pariant sur une hausse du dollar.

En outre, les spéculateurs permettent de réduire les distorsions qui peuvent apparaître momentanément sur les marchés. Quand un arbitrage est ouvert, ces opérateurs, dont l'objectif est le gain financier, vont en tirer profit tant qu'il existe.

Source : Wikipédia. Je n'ai pas tout mis car la fin de la définition est relativement partiale et orienté, la personne qui a écrit cette article pronne les bienfait de la spéculation.

Si quelqu'un peut compléter ma définition, qu'il le fasse car je trouve la mienne assez incomplète.

sam
Messages : 292
Inscription : mar. 28 déc. 2004 23:00

Re: Economie : sa place centrale dans les sociétés d'aujourd'hui

Message par sam » jeu. 28 juil. 2005 09:27

Je me disais bien que j'avais déja vu sa qq part, ce n'est ni plus ni moins que le lien que j'avais donné dans la rubrique divers, amusez vous les enfants, sa fait vomir
http://www.snui.fr/gen/fisc/tobin.html
mais c'est bien de l'avoir remis la effectivement.

clement
Administrateur du site
Messages : 2020
Inscription : lun. 13 déc. 2004 23:00
Localisation : Grenoble, France
Contact :

Re: Economie : sa place centrale dans les sociétés d'aujourd'hui

Message par clement » ven. 29 juil. 2005 17:05

lol, je me demandais où j'avais trouvé cet article.

Par contre, Sam, j'aimerais bien connaître les conséquence concrrète de la spéculation sur la société dans un macro référenciel, c'est à dire au niveau des PME voir même des grandes entreprises.

Répondre