Quand la crise financière affame les peuples

Venez palabrer & debatre de l'actualité... (cliquez sur Agora pour rentrer)
Répondre
Niko
Messages : 517
Inscription : mar. 26 avr. 2005 23:00

Quand la crise financière affame les peuples

Message par Niko » lun. 19 mai 2008 20:25

:thumbdown: :thumbdown: :thumbdown: :thumbdown: :thumbdown: :thumbdown: :thumbdown: :thumbdown: :thumbdown: :thumbdown: :thumbdown: :thumbdown: :thumbdown: :thumbdown: :thumbdown: :thumbdown: :thumbdown: :thumbdown: :thumbdown: :thumbdown: :thumbdown: :thumbdown: :thumbdown: :thumbdown: :thumbdown: :thumbdown: :thumbdown: :thumbdown: :thumbdown: :thumbdown: :thumbdown:

Ignoble et dégueulasse, voila ce qui me vient en tête à la vue des famines gigantesques qui frappent actuellement les pays les plus pauvres de notre planète.Actuellement, les cours mondiaux de denrées agricoles explosent et d'immenses émeutes de la fin éclatent aux quatres coins du globe, en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud. Cette information a fait la une des journaux, aller 2 jours.
Pour expliquer cela on nous ressort des balivernes invraisemblables sur la baisse des stocks mondiaux, la nouvelle classe moyenne des pays émergents qui se mettrait à manger de la viande, etc...fort heureusement les journalistes qui ne sont pas que des cons pointent aussi 2 facteurs d'importances sur lesquels je propose de débattre et de partager:

Il s'agit du rôle de la crise financière des "subprimes" et des politiques commerciales agricoles des Etats-Unis et de l'Europe. La deuxième cause est connue et ancienne et nous pouvons en parler. Mais parce qu'elle est ancienne, elle n'explique pas l'explosion actuelle des cours mondiaux. La deuxième est ignoble tout simplement, surtout quand on sait pour quelles raisons, si éloignées de la réalité, on en est arrivé là.
Pour ceux qui n'en ont pas trop entendu parler, et parce que tout vient de là, faisons un retour sur la crise des "subprimes".

Le mécanisme de report dû à la crise financière des subprimes

Depuis 2006 une bulle immobilière monte aux Etats-Unis. Or les banques américaines qui prêtent aux acheteurs américains revendent leur prêt sur les marchés financiers. Les actifs vendus, qui "représentent" sur les marchés financiers les prêts réels accordés aux acheteurs américains, sont considérés comme très rentables et peu risqués sur les marchés financiers. Tout le monde se rue dessus. Quand la bulle éclate dans l'immobilier américain à l'été 2007, des prêts réels deviennent non-rembousés. Des banques font faillites. Du coup, les actifs représentant les prêts réels sur les marchés financiers s'écroulent aussi ce qui finalement provoque une crise de confiance généralisée sur l'ensemble des places boursières mondiales.

Conséquence: les investisseurs ont perdus un pôle très rentable et ont peur. Par réflexe, ils se ruent sur les matières premières, or, pétrôle, métaux,... et les denrtées agricoles. Pourquoi? Parce que ce sont des actifs bien réels (contrairement aux actifs représentant de l'immo américains, qui sont des dérivés très compliqués), on sait d'où ça vient, où ça va, c'est bien concret, et de plus structurellement tout cela est en manque donc en en achetant on pourra revendre à bon prix. Une spéculation auto-réalisatrice s'enclenche et on peut probablement parler aujourd'hui d'une "bulle" (artificielle donc) sur les matières premières et les denrées agricoles.

De la rationalité irréelle à l'ignominie concrète

Toute cette percherie se résume au fait que les marchés affament la planète pour retrouver des sources de rentabilité. Des pauvres types, mais alors intellectuellement et moralement vraiment de pauvre types, formés à la finance dans les meilleures écoles de commerce sont obligés d'affamer les populations des pays pauvres sous peine de perdre leurs jobs (et leurs hallucinantes primes). Le monde tourne à l'envers, la rationalité (car tout cela est rationnel d'un point de vue financier) financière écrasant de tout son poids tout bon sens moral. Tout cela est parfaitement ignoble.

clement
Administrateur du site
Messages : 2020
Inscription : lun. 13 déc. 2004 23:00
Localisation : Grenoble, France
Contact :

Re: Quand la crise financière affame les peuples

Message par clement » mar. 20 mai 2008 06:10

Niko a écrit :Depuis 2006 une bulle immobilière monte aux Etats-Unis. Or les banques américaines qui prêtent aux acheteurs américains revendent leur prêt sur les marchés financiers. Les actifs vendus, qui "représentent" sur les marchés financiers les prêts réels accordés aux acheteurs américains, sont considérés comme très rentables et peu risqués sur les marchés financiers. Tout le monde se rue dessus. Quand la bulle éclate dans l'immobilier américain à l'été 2007, des prêts réels deviennent non-rembousés. Des banques font faillites. Du coup, les actifs représentant les prêts réels sur les marchés financiers s'écroulent aussi ce qui finalement provoque une crise de confiance généralisée sur l'ensemble des places boursières mondiales.


J'en avais entendu parlé, par contre, je ne connaissais pas cette conséquence sur les matière premières.

Niko a écrit :Toute cette percherie se résume au fait que les marchés affament la planète pour retrouver des sources de rentabilité. Des pauvres types, mais alors intellectuellement et moralement vraiment de pauvre types, formés à la finance dans les meilleures écoles de commerce sont obligés d'affamer les populations des pays pauvres sous peine de perdre leurs jobs (et leurs hallucinantes primes). Le monde tourne à l'envers, la rationalité (car tout cela est rationnel d'un point de vue financier) financière écrasant de tout son poids tout bon sens moral. Tout cela est parfaitement ignoble.


Par contre, étant donné mes connaissances très limité de l'économie, comment les financiers peuvent-ils "affamer" la planètes, enfin, je ne vois pas les relations de cause à effet. Merci de m'expliquer ;)

Niko
Messages : 517
Inscription : mar. 26 avr. 2005 23:00

Re: Quand la crise financière affame les peuples

Message par Niko » mar. 20 mai 2008 17:14

Tout cela est expliqué dans le pargraphe sur l'effet de report du à la crise financière. Je précise: des investisseurs, les traders salariés des banques, assurances, fonds de pensions, etc.. investissent sur des marchés. Ces marchés sont électroniques, il est très facile de réaliser d'énormes transactions d'un simple clic. La crise des produiits financiers dits "subprime" est expliquée plus haut. Je peux repréciser si tu veux.
Ce qui se passe c'est que cette crise à provoquer d'énormes pertes. Les "subprimes", qui sont des produits représentant un prêt immobilier fait à un ménage américain, ont permis pour beaucoup de ces institutions de gagner beaucoup d'argent ces dernières années. Après la crise, il faut trouver de nouveaux produits financiers qui rapportent beaucoup. Ceci est vrai tout le temps (on cherche toujours à gagner plus) mais cette crise à accentuer le besoin pour ces institutions de se faire des pépettes ailleurs car elles ont beaucup souffert.

On gagne de l'argent sur les marchés quand on achète un produit qu'on revend plus cher. Or ces institutions se rendent compte qu'aux niveaux des matières premières et des produits agricoles, qui sont les produits primaires de nos économies, l'offre est assez nettement inférieure à la demande normale parce que ces ressources sont limitées et que de nouveaux et énormes pays (Chine, Inde, Brésil,...) entrent dans le jeu de l'économie mondiale. Les banques, assurances, fonds de pension, etc... anticipent donc que les prix vont monter et se ruent dessus car comme je l'ai expliqué elles ont besoin de retrouver de nouveaux pôles de rentabilité. Comme les montants qu'elles engagent sont énormes, les prix augmentent énormément ce qui maximise leurs gains. Une bulle auto-réalisatrice se crée: on anticipe que les cours vont monter, donc on achète massivement, ce qui fait effectivement monter les cours! C'est ce mécanisme qui explique l'ampleur de l'explosion des cours actuellement. Or les denrées agricoles, c'est aussi bien sûr de la nourriture pour les gens ! C'est ce qui fait que la crise financière affame les peuples

clement
Administrateur du site
Messages : 2020
Inscription : lun. 13 déc. 2004 23:00
Localisation : Grenoble, France
Contact :

Re: Quand la crise financière affame les peuples

Message par clement » mar. 20 mai 2008 20:58

Niko a écrit :On gagne de l'argent sur les marchés quand on achète un produit qu'on revend plus cher. Or ces institutions se rendent compte qu'aux niveaux des matières premières et des produits agricoles, qui sont les produits primaires de nos économies, l'offre est assez nettement inférieure à la demande normale parce que ces ressources sont limitées et que de nouveaux et énormes pays (Chine, Inde, Brésil,...) entrent dans le jeu de l'économie mondiale. Les banques, assurances, fonds de pension, etc... anticipent donc que les prix vont monter et se ruent dessus car comme je l'ai expliqué elles ont besoin de retrouver de nouveaux pôles de rentabilité. Comme les montants qu'elles engagent sont énormes, les prix augmentent énormément ce qui maximise leurs gains.


Merci, c'est exactement ce qu'il me manquait pour comprendre le liens entre le marché "virtuel" et le coup des matières premières.

J'ai donc compris, mais à part que c'est immoral, je ne sais pas quoi ajouter, j'ai trop de lacune en économie pour m'avancer ou pour raisonner.

Niko
Messages : 517
Inscription : mar. 26 avr. 2005 23:00

Re: Quand la crise financière affame les peuples

Message par Niko » jeu. 10 juil. 2008 21:39

C'est pas une question d'économie, mais de politique, de choix. A partir du moment ou on ne veut pas réglementer l'action spéculative des grands acteurs mondiaux de la finance, on s'expose à ses excès. Pire, on a favoriser ces excès en décloisonnant et libéralisant tout le secteur, qui a beaucoup plus de marge de manoeuvre qu'il n'y a ne serait-ce que 30 ans.
Mais on peut faire des propositions, débattre. Pourquoi ne pas retirer les denrées agricoles des cours boursiers mondiaux? C'est vrai, cela aurait le mérite d'éviter de soumettre les populations aux affres de la spéculation. J'me disais ça tout à l'heure...

Mais le problème c'est que ce serait oublier qu'avant d'être des lieux de spéculations, les bourses sont avant tout des lieux de transactions, d'échanges normaux entre des acteurs ayant des besoins, et des acteurs ayant des ressources. Parce que si un pays a besoin de nourrir sa population, la bourse représente un moyen très facile et très efficace pour les offreurs et les acheteurs d'échanger: le prix est affiché, tu prend ou tu prend pas! En économie, on dit que la bourse permet de réduire les coûts de transaction.

clement
Administrateur du site
Messages : 2020
Inscription : lun. 13 déc. 2004 23:00
Localisation : Grenoble, France
Contact :

Re: Quand la crise financière affame les peuples

Message par clement » ven. 11 juil. 2008 14:13

Une question me vient à l'esprit, qui peut réglementer ces marchés ?

Jérémy
Messages : 8
Inscription : mar. 10 juin 2008 23:00

Re: Quand la crise financière affame les peuples

Message par Jérémy » ven. 11 juil. 2008 23:37

pour répondre à Ana, les marchés (dans une économie libérale) sont censés se réguler seul... Mais la réalité étant un peu plus complexe, je pense que seul les organismes internationaux peuvent règlementer ces marchés, l'OMC (organisation mondial du commerce) par exemple. Mais à mon avis, la pression exercé par "les pays du nord" dans ces organisations est trop forte pour faire bouger les choses. La morale ne peut s'exercer dans une économie libérale, en revanche on peut imposer des règles au système économique, dans ce cas, comme dit plus haut, c'est la politique qui fait bouger les choses... Mais on en revient toujours au même problème... la politique à une échelle national ne peut rien faire, au contraire, les conflits d'intérêts entre pays sont accentués par les politiques "protectionnistes" des différents états.

Pour en revenir à ce que disait Niko:
"On gagne de l'argent sur les marchés quand on achète un produit qu'on revend plus cher. Or ces institutions se rendent compte qu'aux niveaux des matières premières et des produits agricoles, qui sont les produits primaires de nos économies, l'offre est assez nettement inférieure à la demande normale parce que ces ressources sont limitées et que de nouveaux et énormes pays (Chine, Inde, Brésil,...) entrent dans le jeu de l'économie mondiale. Les banques, assurances, fonds de pension, etc... anticipent donc que les prix vont monter et se ruent dessus car comme je l'ai expliqué elles ont besoin de retrouver de nouveaux pôles de rentabilité. Comme les montants qu'elles engagent sont énormes, les prix augmentent énormément ce qui maximise leurs gains."

Il a tout à fait pointer le problème des flux financiers, qui actuellement, s'effectuent en grande partie sur des marchés irréels, c'est de cette façon qu'est alimenter l'économie...Autrement dit les spéculateurs se préoccupent plus de l'évolution des cours des produits qu'ils vendent que de la famine provoqué par la rareté de ces produits. Un produit rare (d'autant plus si c'est un besoin primaire) prend forcément de la valeur, c'est la loi de l'offre et de la demande, cela crée donc une situation insensé où le profit est plus important que la vie tous simplement...

Talward
Messages : 4
Inscription : lun. 26 mai 2008 23:00

Re: Quand la crise financière affame les peuples

Message par Talward » mer. 14 janv. 2009 19:56

Niko a écrit : Ignoble et dégueulasse, voila ce qui me vient en tête à la vue des famines gigantesques qui frappent actuellement les pays les plus pauvres de notre planète.


Quand les gros maigrissent, les maigres meurent.

Proverbe chinois

Répondre