Jean-Luc Mélenchon, qui a quitté le 22 août la présidence du Parti de gauche, a pulvérisé les liturgies médiatiques, leurs grands prêtres, et leurs vaches sacrées, avec un réjouissant irrespect. Sélection des plus beaux dynamitages du trublion, et tous ses débats sur @si (avec Sapir, Todd, le trader Marc Touati, etc)

Publié le 14/10/2009  Alimenté le 28/11/2016
PrivacyBadger has replaced this FacebookLike button. PrivacyBadger has replaced this Twitter button.
chronique du par

Mélenchon : réflexions à tâtons


Ce contenu vous est réservé en tant qu'abonné(e).
Voter pour ce contenuEn votant pour ce contenu, vous lui donnez une voix pour qu'il devienne temporairement gratuit pour les non abonnés.

Comme il est dur d'entrer à tâtons sur une scène politique sans éclairage, sans repères, sans balises. Même pour les plus grands esprits. Sur France Culture, drapé de toute la Majesté des Editions Gallimard et de la collection des Lieux de Mémoire, l'historien Pierre Nora disserte des chances de Fillon, au second tour, "face à Marine Le Pen". Car pour ce grand esprit, le premier tour est plié : Fillon et Le Pen seront au second tour. La chose va de soi. Elle ne se discute même pas. Pas davantage que ne se discutait la victoire de Juppé, voici quelques semaines. Rions ensemble.

Admettre qu'on marche désormais à tâtons. Se marteler intimement que plus rien n'est sûr. Ni la présence de Fillon au second tour de la présidentielle de 2017, ni même celle de Le Pen. Que le choeur des éditorialistes et des sondages n'est même pas forcément -un comble !- une boussole à marquer le Sud. Sur tout réflexe immédiat, sur toute tentation de prophétiser, apposer le tampon "à confirmer". Sur le clash Mélenchon-Cohn-Bendit, par exemple, lors de la soirée électorale de France 2. Ah le bel élan brisé, qui trouve immédiatement sa place sur le nouveau compte Twitter "Malaise TV". Dany trône sur canapé, Jean-Luc est en duplex. "Jean-Luc, si tu te présentes à la primaire, tu peux la gagner", lance Cohn-Bendit, lyrique. Et l'autre, en retour de volée : "Monsieur Cohn-Bendit, est-ce que vous pouvez m'appeler par mon nom, et pas par mon prénom, s'il vous plait. Nous ne sommes pas amis, ne jouons pas la comédie". Dany, cassé net dans son élan :"va te faire voir". Puis, décidant de bouder : "J'ai pas de question à lui poser. On s'est toujours tutoyés, s'il a pas envie, qu'il aille tutoyer Castro, et qu'il me foute la paix". Mélenchon, large sourire : "une autre question, quelqu'un ?" "Vous êtes d'un ridicule incroyable, Monsieur Jean-Luc Mélenchon. Vous vous prenez pour quelqu'un que vous n'êtes pas, Monsieur Mélenchon".

Le "Monsieur Cohn-Bendit" de Mélenchon est évidemment un acte politique. Je ne sais pas si Mélenchon et Cohn-Bendit se tutoient "dans la vie" (les deux ont-ils d'ailleurs une "vraie vie", quelque part à l'extérieur de la politique ?) mais il leur est arrivé plusieurs fois de se tutoyer lors de soirées électorales télévisées, comme l'a aussitôt relevé Le Monde. Donc, pourquoi pas cette fois ? Parce que Mélenchon signifie à Cohn-Bendit son souhait de se barrer radicalement la route de la "primaire de la gauche". Entre les deux gauches, Mélenchon édifie la barrière du vouvoiement. Car il sait que la pression sur lui va être forte. Court-circuitant cette primaire du PS et de ses alliés, ne va-t-il pas contribuer à l'atomisation de ladite gauche au premier tour ?

Sur une scène politique familière, éclairée par des commentaires éclairés et des sondages fiables, l'argument de Cohn-Bendit serait évidemment recevable. Evitant la primaire, Macron et Mélenchon contribuent à l'enterrement de toutes les gauches (les dures, les molles, les liquéfiées), qui viennent pourtant de se découvrir un redoutable adversaire commun. Soit dit en passant, on ne voit pas d'ailleurs au nom de quoi Cohn-Bendit, qui soutient Macron (lequel s'est aussi allègrement affranchi de cette primaire de la gauche) somme Mélenchon de s'y soumettre. Mais passons. Dans le monde normal, l'attitude de Mélenchon et de Macron, donc, serait suicidaire pour, disons "les gauches". Mélenchon s'y exposerait au soupçon, au fond, de se contenter d'avance d'un tour d'honneur au manège. Mais, de Trump en Fillon, on progresse à tâtons sur une nouvelle scène démocratique, aux règles inconnues, où les risées des sachants finissent par leur rentrer dans la gorge. Si Fillon a gagné sa primaire, après tout, pourquoi pas Mélenchon au second tour ? Et s'il est au second tour...  Tentons donc d'avancer à tâtons.

Mélenchon Cohn-Bendit

PrivacyBadger has replaced this FacebookShare button. PrivacyBadger has replaced this Twitter button.
Voter pour ce contenuEn votant pour ce contenu, vous lui donnez une voix pour qu'il devienne temporairement gratuit pour les non abonnés.

Derniers articles dans le dossier : "Mélenchon le trublion"

Mélenchon et la mer

Mélenchon et la mer : rattrapage pour Thomas Legrand

chronique publié(e) le 06/06/2016 chez les matinautes

Ô surprise : il paraitrait que dans son meeting parisien d'hier, Mélenchon aurait parlé de la mer. C'est Thomas Legrand qui le relève sur France Inter, au détour d'une phrase. Tiens tiens, Mélenchon parle de la mer. Serait-ce sa nouvelle lubie ? Révélons-le à Thomas Legrand, cela fait des ...

nouveau media

Discours Mélenchon : boycott de LCP ?

pas vu publié(e) le 31/08/2015 par Sébastien Rochat

Fini les discours de Mélenchon sur LCP ? Le leader du Parti de Gauche (PG) a dénoncé, sur Twitter et Facebook, le refus de La Chaîne Parlementaire de diffuser son discours de clôture des universités d'été du PG, appelées "Remues méninges". Pour quel motif ? LCP aurait décidé de ne plus ...

Ravi

Diffamation envers Mélenchon : Copé, NKM et Juppé condamnés

suivi publié(e) le 12/03/2015 par la rédaction

Trois condamnations le même jour. Jean-François Copé, Nathalie Kosciusko-Morizet et Alain Juppé ont été condamnés pour diffamation envers Jean-Luc Mélenchon, à 1000 euros d’amende avec sursis et 1000 euros de dommages et intérêts au titre du préjudice moral. L'affaire remonte à l'...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Mélenchon accusé d'antisémitisme par des journalistes, et par le PS

L'impunité d'un Aphatie ou d'un Quatremer (qui fait quand même son boulot normalement d'habitude, c'est-à-dire de façon ...

Par Irfan
le 24/03/2013

Mélenchon et sa tapette

Voyons, voyons... Le plus célèbre caricaturiste français dessine Mélenchon en nazi. Mélenchon est blessé, dépité (merde ça...

Par mouffette
le 26/01/2011

"Il faudra un gouvernement mondial. Après, ou à la place de la guerre ?"

2 remarques rapides. 1- Je trouve tout simplement aberrant le fait que certains se plaignent d'une surdose de traitement ...

Par Frédérick Stambach
le 11/06/2010
Tous les forums >